fbpx

Vosges. Franck Perry, maire de Vittel, un travailleur proche de sa famille

La photo est minutieusement posée sur un placard bas à l’entrée de sa mairie au premier étage de la mairie de Vittel dans les Vosges occidentales. Il représente Lino Ventura, un beau visage immortel du cinéma français, une mâchoire carrée et déterminée, le regard plein de vent.

L’image n’est pas plus grande qu’une simple feuille de papier blanc. Mais tout y est, tout est dit sur ses valeurs: origine, histoire, famille, honneur, pays, caractère, justice, lutte (politique) …

«Oui, cette photo est importante! Lino Ventura! Il était de Parme et connaissait mon grand-père », a déclaré ce jour-là Franck Perry avec fierté et émotion.

Franck Perry, maire de Vittel. Photo VM / Philippe BRIQUELEUR

Parme! Italie. C’est là que commence l’histoire de Franck Perry il y a un peu plus de cinquante ans. On pourrait facilement faire ressortir ici les clichés habituels du chant d’Italie, Verdi, Chartreuse (Parme), jambon, glace, cappuccino, football … Mais à l’ombre du Duomo, l’imposante cathédrale du Parmesan, d’autres histoires coulent parfois le long du Rivière Parme. Histoires d’exil.

L’athlète Pierre-Ambroise Bosse, André Giraud, président de la FFA, Jean-Jacques Gaultier et Franck Perry lors des championnats de France de ski de fond à Vittel en mars 2019. Photo d’archive VM / Eric THIÉBAUT

Pour une raison qui n’appartient qu’à eux, les grands-parents maternels décident un jour de faire un long voyage et de quitter leur pays d’origine à la fin des années 1950 avec leurs deux enfants, un garçon et une fille, la future mère de Franck Perry.

«La famille devait manger», explique ce dernier. Mon grand-père a été formé comme menuisier. Ils savaient qu’il y avait du travail en Lorraine et que la Compagnie des Eaux Vittel avait besoin de main-d’œuvre. Ils sont donc arrivés jusqu’ici », a déclaré l’officier élu en désignant le sol de la main.

Franck Perry, maire de Vittel, Jean Rottner, président de la Région Grand Est, Jean-Jacques Gaultier, député de la quatrième circonscription des Vosges et Robert Hossein. Photo d’archive VM / Jérôme HUMBRECHT

« J’étais un enfant protégé »

La branche paternelle est Vittelloise. «Mon père est né un matin de janvier à Vittel dans la clinique de Padovani. Il venait d’une vieille famille Vittel qui était très proche de la terre et ancrée au sol. Cette partie de la famille habitait rue de l’Abbé-Marchal. Il y avait neuf enfants avec une mère qui restait à la maison et une arrière-grand-mère qui restait à la maison, un dentellier très connu à Vittel, et un grand-père, un agent EDF, qui travaillait dans l’agriculture et la vigne pendant son temps libre Tir au pigeon. », Déclare Franck Perry.

De gauche à droite: Guy de la Motte Bouloumié (ancien maire de Vittel), maire de Badenweiler Karl Eugen Engler, député de la quatrième circonscription des Vosges Jean-Jacques Gaultier, maire de Vittel Franck Perry et Jean-Claude Millot. Ici en janvier 2018. Photo d’archive VM / Alexandre DE CARVALHO

Alors que les hommes de la famille créent une entreprise, le couple Perry s’unit. Deux garçons sont nés de cette idylle italo-vosgienne: Pascal Perry, l’aîné, aujourd’hui médecin, et Franck Perry (1970).

Sans être complètement dorée, la jeunesse du jeune Franck von Vittelloise se déroule normalement. «J’étais un enfant protégé dans la culture italienne», dit-il.

Un drame

Ecole de Vittel, Université de Vittel. A 12 ans, le jeune Franck rêve de la Formule 1, mais joue au tennis. « Je suis un grand fan de Noah, McEnroe, Leconte! » « , Dit-il. Et plus tard la petite balle jaune l’amènera à un très bon niveau régional. » J’ai toujours été athlétique! Je fais encore du vélo et de la course aujourd’hui. Il court aussi régulièrement tous les matins Le matin dans le parc thermal de Vittel en plein essor.

Franck Perry 2011: «J’ai joué au tennis pendant longtemps et à un bon niveau! »Photo VM / L. FALLOURD

Ensuite, c’est le lycée – et le Bac – à Mirecourt et les études supérieures. Franck Perry aspire au commerce international. Il va à Nancy. Il passa les étapes sans difficulté jusqu’à la licence et commença à prévoir l’avenir à Lyon ou à Paris. Mais un drame arrêtera tout. Un drame qui l’émeut encore aux larmes aujourd’hui.

«En 1995, j’avais 25 ans à l’époque. Mon oncle, le frère de ma mère, est mort après deux ans de combats et de cancer. Cela me détruit. C’était mon parrain. Il était sans enfant et croyait beaucoup en mon frère et en moi. Nous étions très proches. Cette disparition me met toujours en colère. Et je me suis promis: rester proche de ma famille, rester à Vittel », raconte Franck Perry.

Tony Estanguet et le maire de Vittel Franck Perry, ici au congrès de l’Association des maires de France à Paris. Photo d’archive DR

L’étudiant reprend alors l’entreprise familiale qu’il a toujours et dans laquelle travaillent neuf salariés. «Le travail, ma famille, le sens des responsabilités, les racines: tout cela est très important pour moi. Tout cela est presque un devoir moral. «  »

« Il faut toujours aller de l’avant »

Cette mort lui a-t-elle fait prendre conscience de la fragilité de la vie et qu’il devait la vivre comme Jack Kerouac?

Beaucoup de ceux qui le respectent, mais aussi ses adversaires, voient en Franck Perry un personnage fort, assez vif, parfois difficile, qui parle directement «argent», qu’il se définit lui-même. Une marque?

Franck Perry, maire de Vittel, ici aux côtés de Luc Gerecke, maire de Contrexéville. Photo d’archive VM / Jérôme HUMBRECHT

«J’ai beaucoup d’énergie. Mais si tu veux, tu veux réussir, tu y vas, sourit ce compagnon sans enfant. Je peux dormir quatre heures par nuit pendant une campagne électorale! En fait, vous ne devriez pas être écrasé par le passé. Je crois qu’il faut toujours aller de l’avant. «  »

L’un de ses plus proches amis n’est autre que le député LR Jean-Jacques Gaultier, ancien maire de Vittel.

Jean-Jacques Gaultier et Franck Perry à l’élection du nouveau maire de Vittel en juillet 2017. Photo d’archive VM / Jean-Charles OLÉ

Les deux hommes se sont toujours connus: le parlementaire était à la première communion de Franck Perry! «Nous sommes sortis ensemble à l’adolescence. J’ai une vraie amitié pour lui et sa famille parce que c’est une famille qui a le sens du travail. On le sait, parfois il veut aller trop vite. Mais je préfère ça », dit le parlementaire.

Pour Patrick Floquet, premier adjoint au maire de Vittel et bras droit de Franck Perry à la mairie, «Franck est un homme passionné, voire impatient, qui est pourtant conscient que le mandat électoral est une mission temporaire».

Il ajoute: «C’est une personne persistante et hyperactive. C’est un vrai ami. Et nous nous disputons même entre amis. Mais personne ne le voit. «  »

Franck Perry, à Vittel, le 25 mai 2020, lors de l’élection du maire. Photo d’archive VM / Jérôme HUMBRECHT

Grand amateur de littérature consacrée à Charles de Gaulle et Léonard de Vinci – toujours la France et l’Italie – le maire de Vittel doit parfois aller à l’encontre de sa nature pour obtenir des résultats. Les Jeux Olympiques de 2024 à Paris, l’Hôtel des Thermes détruit, l’avenir du Club Med, l’avenir des thermes de Vittel, le thème de l’eau avec Nestlé et la réputation des thermes en général sont des projets colossaux et indispensables pour Vittel.

Franck Perry, qui a été largement élu au premier tour des dernières élections locales en 2020 et devrait se présenter aux prochaines élections régionales en juin, doit composer, discuter, accepter, se retirer, donner de l’élan …

« Vittel est une pépite »

Franck Perry soupire presque: «Le temps passe vite. Un jour je vais faire du Mont-Blanc ou un marathon. Mais Vittel est une pépite. J’ai une responsabilité importante envers cette ville et ses habitants. «  »

Au milieu des années 1960, Lino Ventura tourne «Les Grandes gueules» avec Bourvil dans les Vosges. A la fin du film, le héros qu’il incarne explique à la femme de son cœur qu’il part pour l’Italie et ne reviendra jamais sur la «montagne des bœufs sauvages» si chère à l’écrivain Pierre Pelot.

Cette image est forte. Le personnage décide de s’y ancrer en Italie en acceptant de laisser ici un morceau de son cœur.

Avec Franck Perry, c’est l’inverse: les deux pieds bien plantés à Vittel, avec une douleur au cœur, toujours pour l’Italie.

Laisser un commentaire