fbpx

Vingt mille kilos de déchets dans la Sarca : la grande opération écologique devient un projet permanent – Basso Sarca – Ledro

TORBOLE. Le premier événement national de nettoyage d’une rivière de sa source à son embouchure « La Sarca Tutta Nuda », qui s’est déroulé dimanche dernier le long de la Fiume, promue par l’association Alto Garda «Rotte Inverse», avait un tel nombre et une telle implication qu’il a fallu quelques jours aux organisateurs pour dresser un bilan définitif de la maxioopération écologique et pour « élaborer » le sens et l’avenir de cette journée mémorable pour beaucoup.

L’un événement a réuni un grand nombre de participants du Val Rendena (ça a commencé à Campiglio) jusqu’à l’embouchure de Torbole : bénévoles, citoyens et familles unis par le même désir d’agir concrètement pour l’environnement. Un beau succès de participation qui marque le début de nouveaux futurs projets à mettre en œuvre en ligne. Le réseau d’associations qui s’est constitué pour réaliser l’événement devient ainsi un circuit vertueux de sensibilisation et d’action.

Les données dont partent les organisateurs sont en effet très respectables et très encourageantes. C’était le premier événement national nettoyage indépendant d’une rivière entièrement réalisé par des bénévoles (et autofinancé) ; des mesures ont été prises sur 78 kilomètres de rivière, en les nettoyant mètre par mètre. Au moins 20 associations impliquées et 14 communes intéressées pour leur territoire. Plus de 1000 personnes participantes (règles anti-covid respectées) et surtout – le des données ont émergé ces derniers jours – près de 20 tonnes (20 000 kilos!) de firiuti ont été collectées et triées.

« Nous avons même trouvé des cadres de motos et de vélos, des lampadaires, des panneaux de signalisation, des pneus, des bonbonnes de gaz vides et une avalanche de fer de différentes marques », racontent-ils dans « Rotte Inverse ».

« La fin del’événement est le notre début – expliquez de l’association – le « Sarca All Naked » ne se termine pas le jour de l’événement. En effet, il continue comme un projet permanent ».

La personne de contact pour «Rotte Inverse», Ilaria Argenziano: «Nous avons commencé en 2019, cette année, nous avons impliqué toute la vente aux enchères de la rivière. Il y aura certainement d’autres éditions, nous aimerions que l’événement devienne une tradition. Seulement avec les l’implication de la population nous pouvons atteindre l’objectif, qui dans l’immédiat est certes le nettoyage des berges, mais à moyen et long terme c’est la sensibilisation de la population ».

L’art et les gentil contre le gaspillage et les mauvais comportements. «Rotte Inverse» lancera en effet d’autres événements et initiatives en corollaire de la grande «collection participative». Commençons avec les «Monstre de la Sarca». «Ce sera un moment d’union, voire symbolique, du réseau des associations», commente Argenziano. Dans les semaines à venir, l’artiste Matteo Cretti animera un atelier à les « Cantiere 26 » à Arco, intitulé les «Mostro della Sarca», comme un rappel constant de l’impact des déchets sur l’environnement et une incitation à adopter des comportements plus respectueux.

« Rotte Inverse » prépare les événements de l’été et de l’automne, au nom de nouvelles collaborations avec le réseau des associations. Le but du projet est de soulever et de tenir haut les niveau de sensibilitéresponsabiliser les citoyens envers la nature et l’écosystème, les inviter à prendre soin de la beauté qui nous entoure et les éduquer aux bonnes pratiques de gestion des déchets.

Le but pour les 2022 ? «La Sarca All Naked avec plus de monde et moins de déchets à ramasser le long des berges. Ce n’est pas le ménage d’un jour qui fait la différence, mais les prendre soin au quotidien, au jour le jour ». L’association continuera à diffuser l’initiative « Un sac par jour » – dit-il les président Daniele Monetti – qui propose aux citoyens de continuer au jour le jour à prendre soin de l’environnement dans lequel nous vivons, en promouvant les bonnes pratiques. Nous collectons les déchets en diffusant la culture, nous ne faisons pas de kits d’identité ni n’exprimons d’opinion sur ceux qui polluent. Nous nettoyons les monde et nous nettoyons nos pensées du jugement et de la colère ».


Laisser un commentaire