fbpx

Le concours des dégustateurs résiste à la crise Covid

Cela ressemble à une salle d’examen de lycée ou d’université. Silence et concentration alors que les candidats se penchent sur leurs copies et s’assoient sagement à leur table, qui est à plus de six pieds de leurs voisins. Bienvenue à « Féminiser », Un concours dans lequel les vins sont jugés uniquement par des femmes. Cet événement était initialement prévu au Parc Floral de Paris, mais la refonte de l’Ile de France en mars dernier a incité les organisateurs à tout installer dans deux hôtels de la périphérie de Beaune (Côte-d’Or).

La 15e édition de Féminalise a débuté mardi 30 mars, avant que le président de la République n’annonce de nouvelles restrictions et restrictions de circulation. Cette grande dégustation de vins se termine ce jeudi 8 avril. Dans une semaine il aura vu 720 dégustateurs de toute la France. Certains sont arrivés avant l’annonce d’embauche, d’autres ne sont venus que pour une journée.

Les dégustateurs sont répartis en petits groupes de neuf personnes dans différentes salles de l’hôtel. Tout le monde est assis à sa table et est servi par des personnes masquées et gantées. Vous devrez remettre votre masque ou quitter la salle à la fin de la dégustation. Pas de déjeuner ensemble: Pour la pause déjeuner, vous avez droit à un plateau que vous pourrez consommer à votre table.

« Bien sûr, ce n’est pas une atmosphère ordinaire » explique Margot Ducancel, blogueuse pour la page « Rouge auxèvres » et « influenceuse » sur les réseaux sociaux. « Les concours de dégustation se déroulent toujours dans une ambiance collective, mais ici nous manquons l’occasion de déjeuner entre nous, de discuter et d’échanger des idées de manière normale. »

Avec ses tables étalées, la dégustation ressemble à un bac test!
Avec ses tables étalées, la dégustation ressemble à un bac test! © Radio France
– – Olivier Estran

5230 vins et champagnes testés en une semaine

« Le Covid n’a ramené personne » Didier Martin, l’organisateur de Feminalize, est ravi. «L’année dernière, nous avons réuni 530 dégustateurs, cette année nous en avons 720. Bien sûr, les gens qui viennent généralement de l’étranger ne sont pas là, mais nous avons des professionnels de toute la France. Il fallait réussir. Pour tous les producteurs qui ont soumis leurs dégustateurs ont des vins dans ce concours. En une semaine, nous avons pu tester 5 230 échantillons, tous à la température idéale. « 

Professionnels et futurs professionnels du monde du vin

Pourquoi organiser un concours où seules les femmes peuvent déguster les vins? «Parce que les femmes dans les supermarchés sélectionnent les vins sept fois sur dix. Il est donc intéressant pour un producteur de faire une distinction qui correspond à ses clients. On ne prend pas tout le monde qui évalue et classe les vins, tous les dégustateurs qui en ont un ici Contexte ou une profession liée au monde du vin.  »

Tous les dégustateurs sont des professionnels du vin
Tous les dégustateurs sont des professionnels du vin © Radio France
– – Olivier Estran

A 24 ans, Mathilde Messer incarne la relève. La jeune femme de Marsannay-la-Côte vient de terminer l’école bourguignonne des vins et spiritueux à Dijon « C’est la première fois que je participe à un concours comme celui-ci. Le fait que ce soit en Côte-d’Or plutôt qu’à Paris est génial pour moi. Il faut essayer 47 échantillons pendant la journée. Sur quatre jours j’aurai approximativement goûté 200 vins. Croyez-moi, c’est du sport! Être femme nous donne confiance en nos jugements, car il est vrai que parfois dans la communauté nous sommes indécents, même quand les choses se révèlent être du bon sens. « 

Chaque vin est noté avec 39 points de contrôle sur une fiche de dégustation. Les meilleurs obtiennent des médailles d’or ou d’argent. Les gagnants seront publiés sur le site Web de Feminalize le 12 avril et communiqués à une liste d’acheteurs du monde entier.

Mathilde Messer vient de terminer ses études à Dijon "Ecole du vin de Bourgogne"
Mathilde Messer vient de terminer l’école du vin de Bourgogne à Dijon. © Radio France
– – Olivier Estran


Laisser un commentaire