fbpx

Bris Rocher: « Milton Friedman est le premier défenseur de l’entreprise avec mission » – Affaires

Bris Rocher rejoint le Groupe Yves Rocher, fondé par son grand-père en 1959 à l’âge de 16 ans. Sa formation est soutenue par Stéphane Bianchi, directeur général de longue date du groupe cosmétique et produits de beauté. Bris Rocher a été nommé PDG du groupe en 2006 et PDG quatre ans plus tard. Aujourd’hui, le Groupe Yves Rocher est une entreprise familiale indépendante avec un chiffre d’affaires de 2,7 milliards d’euros, 18 000 salariés, dont 3 500 en Bretagne, et 50 millions de clients dans 118 pays. Le gros lecteur, apprenant enthousiaste Bris Rocher donne dans ce premier épisode de sa vision de l’entreprise et du leadershipOpen Mic, un podcast à la rencontre de leaders avant-gardistes, ces leaders visionnaires qui remettent en question le statu quo et changent les règles du jeu pour le bien commun, présentés par l’Opinion et Beyond Associés.

Extraits:

«Mon grand-père ne m’a pas choisi quand j’avais 16 ans comme successeur. J’ai rejoint l’entreprise à ce moment-là, mais c’est après la mort de mon père qui dirigeait l’entreprise à l’époque et j’ai pu voir qu’il avait une passion pour ce qu’il faisait. La boîte avait eu un petit problème, il avait pris la boîte à ce moment-là et avait renversé la société. Après la mort de mon père, j’ai voulu incorporer l’entreprise par filiation – mon grand-père qui l’a créée; Mon père, qui les a élevés – et par curiosité, j’ai voulu regarder dans les coulisses. Et puis, avec le temps, je suis entré en jeu. Mais mon grand-père a pris la décision de me donner des directives beaucoup plus tard. On ne peut pas dire qu’à l’âge de 16 ans, il avait, ou peut-être avait, cette ambition, mais il était bien trop tôt pour vraiment se décider. Je devais encore faire mes preuves. «  »

« Je n’ai jamais travaillé Arthur Andersen aux Etats-Unis. J’ai bien travaillé chez Arthur Andersen à Neuilly, mais jamais aux USA. J’ai travaillé dans le groupe Rocher aux USA. Quand je suis revenu dans le groupe après l’expérience d’Arthur Andersen, mais jamais aux États-Unis, je ne sais pas pourquoi. C’est un journaliste d’une vingtaine d’années qui a écrit ceci. Ce truc est resté bloqué et je ne peux pas le réparer. «  »

« Pour devenir quelque chose Entreprise avec une missionc’est négatif, donc c’est la responsabilité. Il y a trois éléments qui m’ont fait choisir cette voie. Le premier était de régler notre situation. Le Groupe Rocher est une entreprise avec une mission depuis sa création en 1959. La seconde est qu’à mon avis, nous avons une responsabilité collective. Je suis père, j’ai trois enfants. Nous avons la responsabilité de construire, mais de construire quelque chose de plus sain. Je travaille également dans un groupe familial. Mon travail principal est de le transmettre aux générations suivantes … J’aurais pu hériter d’une boîte de tabac, par exemple non, nous avons hérité d’une boîte qui était précisément chronométrée. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien à faire. Ma mission est de transmettre quelque chose d’encore plus sain que ce que mon grand-père m’a transmis. J’ai beaucoup de chance. Les générations doivent pouvoir se dire la même chose.

Et puis la troisième raison: j’ai assisté l’année dernière au rendez-vous d’affaires d’Aix-en-Provence, un débat entre deux économistes. Un économiste qui a dit: «Oui, nous devons aller dans cette direction. C’est ce que veut le consommateur. Une entreprise est là pour répondre aux attentes du consommateur qui souscrit pleinement. « L’autre économiste a dit: » Non, pas du tout. Une entreprise avec une mission engage forcément des coûts supplémentaires car l’engagement n’est pas gratuit. Et pour le financer, cela affectera négativement le pouvoir d’achat du consommateur. Et le consommateur veut le meilleur rapport qualité / prix. «Je leur ai dit:« Je suis tout à fait d’accord qu’une entreprise est là pour répondre aux attentes des consommateurs. Une entreprise ne vole que lorsqu’elle a des clients. La réalité, cependant, est qu’elle n’existe que lorsqu’elle est constituée d’individus, c’est-à-dire de femmes et d’hommes, secondairement de talents. Le droit d’une entreprise à exister est une des raisons être là pour l’employé». Et j’ai vérifié car nous faisions un baromètre en interne pour la mission spécifique du Groupe Rocher. Et je peux vous dire que cela renforce la fierté d’appartenance, l’engagement quotidien des employés, etc. L’entreprise ne peut surperformer que si elle est composée de femmes et d’hommes talentueux. «  »

« Le but n’est plus d’être la meilleure entreprise du monde mais être la meilleure entreprise au monde. Milton Friedman est toujours contre nous, mais Milton Friedman est le premier défenseur de l’entreprise en mission. Que veut-il? C’est une réussite. Et encore: la raison d’être d’une entreprise est d’être là, de s’impliquer encore plus et d’améliorer ainsi la performance. Une entreprise, ce sont des personnes engagées dans un projet collectif. «  »

Écoutez l’épisode complet pour découvrir pourquoi Yves Rocher a eu une relation privilégiée avec la langue bretonne, sa décision de mettre fin aux tests sur les animaux en 1989, comment le groupe poursuit les combats de leur fondateur, les conseils de Bris Rocher …


Laisser un commentaire